Comment réaliser de beaux ralentis

Réaliser de beaux ralentis, aussi appelés « slow motion » quand le ralenti est très prononcé, est le souhait de nombreux vidéastes pour donner un caché particulier à leurs vidéos. Ou pour accentuer un effet qu’on ne verrait pas à vitesse normale. Avant d’attaquer la partie montage, il faudra évidemment bien préparer la réalisation de ce ralenti.

Bien comprendre l’effet de ralenti

Le but d’un ralenti est donc d’ajouter un effet esthétique à sa vidéo ou d’appuyer un mouvement particulier en le ralentissant. Qu’est ce qu’un beau ralenti ? C’est un ralenti fluide, qui ne saccade pas, dans lequel il n’y a pas de micro-saccades entre les images.

Le rapport nombre d’images / durée

Concrètement, comment obtenir un ralenti le plus fluide possible ? Tout simplement en enregistrant sa vidéo à un framerate (cadence d’images/secondes) assez élevé.

De l’ordre de 50 ou 60 images par seconde minimum, jusqu’à 240 (Iphone 6S par exemple) voire plus sur certains appareils. Pour bien comprendre ce principe, quoi de mieux qu’une illustration montrant le rapport entre le nombre d’images et la durée. Prenons l’exemple de plusieurs cadences d’images sur une seconde pour ce passage dans une vidéo :

exemple-ralenti

Comme vous l’aurez compris, le principe du ralenti est donc d’allonger cette durée d’une seconde (par exemple) dans laquelle se trouve toutes ces images. Dans cet exemple, on va faire un ralenti à 50% de la vitesse initiale.

Que va-t-il se passer lorsque nous voulons modifier cette durée ? Le logiciel va en fait allonger la durée de chaque image qui se trouve dans cette seconde pour la faire durer 2 secondes.

Et quelle va être la différence entre une seconde avec 25 images et une seconde avec 60 images ?

Dans cette seconde ralentie à 50% qui va donc durer 2 secondes (oula bobo la tête…), les 25 images seront chacune plus longues que les 60 images (en quelque sorte étirées). Ce qui entrainera un phénomène de saccade dans le ralenti.

Alors que le ralenti de 2 secondes composé de 60 images sera plus fluide car plus d’images se succèderont dans ces 2 secondes. Elles seront donc forcément moins longues à se succéder que 25 images allongées sur la même durée. Parce qu’une image vaut mille mots :

2Secondes-FPS-

Donc comme vous l’avez deviné, si vous souhaitez faire une vidéo avec de superbes ralentis, il va falloir la tourner à la cadence la plus élevée de votre appareil.

Un conseil important pour obtenir des ralentis fluides : divisez la fréquence de votre projet (25 images/s par exemple) par la fréquence de votre rush (60 images/s par exemple) et vous obtiendrez le pourcentage au delà duquel il ne faudra pas aller pour avoir un ralenti fluide.

Exemple : projet de montage à 25i/s ÷ rush enregistré à 60i/s >> (25÷60) = 0.41666 ==>> 42% de « taux de ralenti » maxi pour obtenir un ralenti fluide. Au delà le ralenti risque de montrer des saccades.

Autre exemple pour un projet à 25 i/s et des rushs enregistrés à 120 images/s : 25 ÷ 120 = 0.21 = 21% de taux de ralenti maxi…

Les solutions alternatives pour faire de beaux ralentis

Il existe toutefois des solutions pour obtenir malgré tout des ralentis fluides sans forcément avoir tourné à un framerate élevé…Car tout le monde n’a pas un appareil qui enregistre à 50, 60 ou 120 images/secondes. Cela ne sera pas aussi fluide évidemment. Mais cela compensera beaucoup ce manque d’images à la seconde.

La solution plug in

Une de ces solutions existe sous forme de plugin (qu’on peut retrouver sur Adobe Première, After Effect, Final Cut Pro, Sony Vegas, entre autres…) et qui s’appelle « Twixtor« . Pas forcément évident à prendre en main, je vous préviens…

L’autre solution est une nouveauté directement intégrée à Adobe Premiere Pro CC 2015 et à Final Cut Pro. C’est le ralenti avec « flux optique », cela se rapproche beaucoup de Twixtor. Cela en reprend le concept sauf qu’ici pas besoin de plugin. Les deux autre solutions sont l’échantillonneur d’images ou l’interpolation d’images.

Les autres options de ralenti

L’échantillonneur d’images va répéter ou supprimer les images en fonction des besoins de votre vidéo afin d’atteindre la vitesse souhaitée. Le résultat peut être décevant.

L’interpolation d’images va répéter certaines images tout en les fusionnant entre elles en fonction de votre vidéo (nombre d’images, mouvements, etc) afin de fluidifier le ralenti.

Le principe du flux optique est le fait que lorsque vous allez vouloir faire un ralenti sur une partie de votre vidéo, le logiciel va créer de nouvelles images en plus à votre rush en fonction du pourcentage du ralenti, afin de le fluidifier le plus possible. Tout dépend évidemment du nombre d’images de votre métrage, de la vitesse que vous souhaitez lui donner et aussi de la complexité de l’image dont le logiciel va s’inspirer pour en créer une nouvelle. On peut obtenir certaines aberrations sur l’image, ce que je vous montre dans la vidéo ci-dessous.

Si on fait attention on peut voir certaines déformations sur les détails des images créées par le logiciel. Tout simplement parce qu’elles n’ont pas été captées par la camera, mais dans l’ensemble cela reste très propre.

Alors comme je l’ai dit, cela ne sera pas aussi propre et fluide que si vous aviez tourné à une vraie cadence d’image élevée. Mais les images reproduites par le logiciel vont conférer une certaine fluidité à votre ralenti qui aura été tourné à 25 images/ secondes par exemple. Je vous montre les différences de ralentis sur plusieurs framerate en vidéo :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires pour “Comment réaliser de beaux ralentis

  1. j’ai testé un petit slow motion !
    donc est ce que j’ai bien fait :
    rush : original : 1920 x 1080 à 240ips
    paramètre plan de montage : 1920 x 1080 à 25 ips
    ralenti à 18%
    le résultat est sympa sur mon ordi pas de saccades et image nette

    ça se complique quand je poste sur you tube, malgré votre tuto sur l’export 🙁

    export web YouTube, codage H264, custom 720×676 6 mbits : la vidéo me parait plus nette que les autres essais mais je pense qu’il est possible d’améliorer , qu’en pensez vous ?
    par contre dans Pinnacle, je n’ai pas trouver ou faire les 2 passes comme vous le préconsez

    1. Bonsoir , pourquoi baisser la définition de la vidéo à 720×676 ? Vous tournez en full hd, vous montez en full hd, partagez en Full HD ! 🙂 Pour la netteté de l’image, attention. Cela dépend de votre connexion internet. Si vous envoyez une vidéo correctement encodée sur youtube (Youtube préconise 16Mbs de bitrate pour de la Full HD mais mes tutos sont souvent encodés largement en dessous par ex), elle apparaitra nette aux personnes ayant une bonne connexion et peut-être un peu plus floue ou avec une définition plus basse à ceux qui ont une connexion un peu plus limitée…